Hypersensibles, entre carrière et vocation

Trouver sa vocation pour un hypersensible n'est pas toujours chose aisée.

La société actuelle va vite, est hyperstimulante et prône l'extraversion. Evoluer dans ce milieu peut être compliqué, lui qui est "introverti", en quête de sens et fuit la stimulation à outrance.

 

Qu'en est-il de votre vocation particulière? Dans la foulée de Carl Jung, je conçois chaque vie comme le produit de l'individualisation, qui nous permet à chacun de découvrir la question dont la réponse est la raison d'être de notre présence sur Terre. Il est possible que cette question est été laissée en suspens par l'un de vos ancêtres. Elaine N.Aron

 

Il est primordial pour un hypersensible d'exercer le métier qui l'appelle, qui donnera un sens à ce qu'il fait et lui permettra de s'épanouir sans un excès de stimulations inadaptées.

Exercer un métier pour répondre aux exigences sociales ou parce que nous avons pris la suite de nos parents est voué à l'échec sur du long terme.

Je rencontre de plus en plus d'hypersensibles en proie à la mélancolie voire à la dépression parce que leur métier les emprisonne. Il peut aussi s'agir de somatisations, de maladies, de burn-out lorsque le corps n'en peut plus de subir cette charge de stress et ce non-sens.

 

A ce stade, il est donc venu le temps de s'écouter et de se poser pour effectuer un travail sur soi, sur sa quête personnelle. Ne cédez pas à la pression sociale et n'y voyez pas une quelconque faiblesse, ce temps vous est nécessaire pour évoluer vers ce qui vous convient vraiment.

D'autant plus que les hypersensibles sont littéralement faits pour s'adonner à ce travail: celui d'écouter leur intuition et d'exercer leur vocation personnelle afin de faire avancer le monde.

 

Parce que, oui, le monde a besoin de cette introversion! Le monde est divisé en deux catégories de personnes depuis toujours. Les extravertis, considérés comme les guerriers et les introvertis qui sont les conseillers royaux. Ils ont besoin l'un de l'autre pour que la société évolue...

 

Je pourrai vous dire que vous n'avez plus qu'à écouter votre intuition et vous lancer dans l'aventure, se serai tellement simple...

 

L'une des stratégies consiste à chercher le point d'intersection entre notre plus grand plaisir et le plus grand besoin du monde exterieur. E.N Aron

 

Pas si simple me direz-vous, des plaisirs et des centres d'intérêts nous en avons pléthore et nous sommes conscients de grand nombre de besoins. Notre intuition tourne à plein régime, nous devons faire des choix déchirants pour allier vocation et pragmatisme (gagner sa vie).

 

D'où la deuxième difficulté: comment gagner sa vie en exerçant cette vocation?

Nous avons à cœur d'aider notre prochain mais les questions d'argent sont souvent compliquées et nous n'avons généralement pas conscience de la valeur de notre travail au début de cette quête.

Il est toujours possible d'exercer un métier, qui convient à notre degré de tolérance à la stimulation, pour gagner de l'argent et d'exercer notre vocation en dehors de ces temps de travail.

Mais pour beaucoup d'hypersensibles que j'ai rencontrés, cette option est un compromis qui ne tient pas dans le temps.

 

De mon point de vue, la troisième difficulté est celle de la pression sociale.

Nous sommes parfois prisonniers d'une image qui n'est pas ce que nous sommes.

Argent, sécurité, réussite et prestige que signifient ces mots pour nous? Est ce que ce sont des valeurs qui nous appartiennent ou est-ce le fruit de la pression des autres?

Il est bon de commencer le questionnement par là, Qu'est-ce qui est important pour moi?

 

Voilà qui est dit sur les difficultés. Pas de panique, elles sont surmontables. 

Cette individuation exige une connaissance de soi et une intuition peu communes. Cela tombe bien, vous n'en manquez pas! Vous finirez par comprendre si vous vous êtes posé la question qui vous convient et si vous recherchez la réponse dans les conditions qui vous satisfont. 

 

Ce que je propose en cabinet:

Dans un cadre bienveillant et au rythme qui vous convient, j'adapte mes outils à là où vous en êtes dans votre réflexion. 

 

  • Nous pouvons utiliser la PNL pour recadrer vos expériences professionnelles passées et y voir plus clair sur ce qui est important pour vous dans un premier temps, puis trouver le fameux point d'intersection entre votre plus grand plaisir et le plus grand besoin du monde.
  • La psychogénéalogie est essentielle si la question de la vocation a été délaissée par l'un de vos ancêtres comme cité plus haut. Cet outil permet de se libérer des décisions prises par nos aïeux, de leur rendre ce qui leur appartient et de commencer notre chemin avec nos ressources retrouvées.
  • L'énnéagramme et les 5 blessures sont des outils de connaissance de soi qui vont venir se placer naturellement dans l'accompagnement. Très utiles pour déterminer les milieux qui nous conviennent en terme de stimulation et d'intérêts.
  • Les soins énergétiques viennent lever des blocages et nous libérer des chocs émotionnels, ils permettent de travailler sur l'ensemble des dimensions qui constitue l'humain.

 

Il n'existe pas de protocole tout fait. Nous démarrons chaque séance avec ce que vous êtes à ce moment là. Vous évoluerez à chaque fois, l'accompagnement doit en faire de même. Rien n'est figé. Avec cette palette d'outils vous arriverez à trouver, étape par étape, ce pour quoi vous êtes fait en déjouant les difficultés citées plus haut. 

Isabelle Coisy