Comprendre et soigner la phobie scolaire

Contrairement aux idées reçues, la phobie scolaire n'est pas un phénomène de mode. En effet, la phobie scolaire existe depuis....que l'école existe.

Malgré tout, par manque d'informations, ce phénomène reste peu connu de nos jours.

 

La phobie scolaire, qu'est-ce que c'est? 

C'est la peur irrationnelle (sans motif) de se rendre à l'école.

La principale définition utilisée est celle du professeur Ajuriaguerra, neuropsychiatre: "Il s'agit de jeunes, qui, pour des raisons irrationnelles, refusent de se rendre à l'école et résistent avec des réactions d'anxiété très vives ou d'angoisses si on les force à y aller". 

 

Ils ne sont ni fainéants ni capricieux. Ce n'est pas qu'ils ne veulent pas aller à l'école, c'est qu'ils ne PEUVENT pas y aller.

 

Plusieurs signes peuvent nous mettre la puce à l'oreille avant que ce phénomène ne s'installe:

  • Somatisations diverses, surtout le dimanche soir ou les veilles de rentrée (maux de ventre, céphalée, nausées...)
  • Chute des notes
  • Humeur maussade
  • Irritabilité
  • Cherche des excuses pour ne pas se rendre à l'école le lendemain
  • Absentéisme perlé, présence fréquente à l'infirmerie...

Il est important de ne pas minimiser ces comportements, la peur est bien réelle!

Il en résulte une incapacité physique et psychique de se déplacer et de suivre les cours. Cependant, cette peur incontrôlable peut n'avoir aucun lien avec l'école elle-même.

 

L'origine de la phobie scolaire est complexe et multifactorielle. Il n'existe que très rarement une seule et unique origine à l'apparition de ce refus scolaire anxieux.

Son origine peut aussi n'avoir aucun rapport avec l'enseignement. L'école devient le catalyseur d'une anxiété latente, due à des contextes familiaux, sociaux perturbés etc.

 

Un accompagnement dédié, et par étapes:

  • L'évaluation de la situation: Il est important de prendre le temps de comprendre l'histoire de la phobie, son origine, de savoir s'il y a des troubles associés de façon à organiser un axe thérapeutique optimal et surtout de prendre en compte l'enfant dans sa globalité et sa singularité.
  • Axe thérapeutique: Une fois la situation bien comprise, il est temps de déterminer un axe de travail avec l'enfant et sa famille vers la rescolarisation ou un projet alternatif. Ce travail comporte 3 sphères clés: Hygiène de vie, Régulation émotionnelle, Troubles associés, il sera dans tous les cas également axé sur les forces de l'enfant plutôt qu'uniquement sur les difficultés. Nous conviendrons ensemble des priorités et de la manière dont nous procéderons.
  • Accompagnement: Une fois l'axe de travail validé, nous démarrons l'accompagnement. La meilleure façon de parvenir à notre objectif est un travail commun enfant/parent/établissement scolaire/thérapeute. C'est un travail d'équipe, ensemble on va plus loin! Le nombre de séances nécessaire dépendra aussi de la qualité de cette coopération. 

La phobie scolaire étant complexe, je le répète, on peut mettre des semaines, voire des mois à s'en remettre. On peut se dire que c'est peine perdue et avoir envie de baisser les bras, et c'est normal!

Cependant, soyez-en sûr, la phobie scolaire n'est pas une fatalité, prendre le temps de trouver les aménagements adéquats à chaque enfant permet un retour à la "normale".

 

Objectifs de ce suivi:

  • Développer la connaissance de soi (favoriser l'estime de soi et la confiance en soi)
  • Développer son quotient émotionnel
  • Prendre conscience de ses forces et de ses compétences
  • Comprendre le schéma qui a conduit à cette phobie pour le dépasser
  • Devenir autonome dans la gestion de ses peurs et de ses angoisses
  • Dépasser les difficultés et en faire ses forces
  • Se réconcilier avec les apprentissages
  • Reprendre le chemin de l'école sereinement et sur des bases solides