Suis-je hypersensible?

L'hypersensibilité, bien que nous en parlions de plus en plus aujourd'hui, souffre encore de nombreux clichés.

Ces étiquettes collées à tord sur ce trait de caractère ne permettent pas aux personnes concernées de se comprendre et d'apprivoiser ce qui est leur plus grande force.

 

Alors, avant de rentrer dans les détails de ce qu'est vraiment l'hypersensibilité, je vous propose de passer le test proposé par Savério Tomasella dans son dernier livre "L'hypersensibilité pour les nuls" co-écrit avec Cédrice Vitaly.

Hypersensible dans un monde survolté

Contrairement aux idées reçues, être hypersensible ne signifie pas être faible ou encore fragile.

 

L'hypersensibilité souffre encore aujourd'hui de nombreux préjugés que je vais essayer de balayer dans la description qui suit.

En effet, de nombreux ouvrages et d'articles voient le jour et malgré l'engouement médiatique pour ce trait de caractère riche et profond, il n'est pas toujours aisé de faire partie de cette minorité de personnes dans un monde survolté qui veut aller toujours plus vite.

Une façon différente de percevoir et ressentir le monde

Au débit des années 1990, on estimait à 20% de la population le nombre d'hypersensibles. Aujourd'hui, nous parlons de 33% de la population.

Un chiffre en évolution vers un nouveau paradigme?

 

Être hypersensible c'est percevoir et ressentir le monde de manière plus forte, plus intense.

 

L'hypersensibilité est un amplificateur de toutes les expériences.

Ce qui est stimulant pour les gens, est très stimulant pour les hypersensibles.

 

Gustave Flaubert disait "Ce qui érafle les autres me déchire", cette citation est la meilleure définition de l'hypersensibilité que l'on puisse trouver.

Tout est décuplé, la réactivité aux stimuli est bien plus grande qu'ils soient internes (pensées, émotions, ressentis physiques) ou externes ( événements, température, bruits, lumières...).

 

Elaine Aron, psychothérapeute et chercheuse américaine, est une des premières personne a avoir travailler sur l'hypersensibilité.

D'après elle :" les hypersensibles sont assaillis par une foule de messages et perçoivent des nuances qui échappent aux autres [...]. Ils font preuve d'une créativité, d'une intuition et d'une passion extraordinaires."

Les idées clés de ses travaux:

  • Les traitement profond des informations (sensorielles, émotionnelles et verbales)
  • L'hyperstimulation (Les personnes HS sont plus facilement surstimulées que les autres)
  • La réactivité émotionnelle (chaque situation déclenche des réactions vives chez les personnes HS)
  • La perception des nuances et des subtilités (sensible et observatrice, la personne HS remarque les moindres détails, les nuances, les changements d'atmosphères)
  • La susceptibilité différentielle ou sensibilité avantageuse ( capacité à mieux profiter des situations propices, des moments agréables de la vie en général)

Un cerveau différent?

Le cerveau des hypersensibles comporte quelques particularités:

  • L'amygdale (siège des émotions et fonction d'alerte) est plus réactive
  • Neurones miroirs en plus grand nombres (empathie)
  • Insula (siège de la conscience) plus réactif
  • Thalamus (dont le rôle est de filtrer les informations) est moins actif

Le cerveau traite donc plus d'informations, de manière plus fine et la réaction à ces informations et plus forte. Il traite sans cesse des données qu'il associe à des données déjà accumulées par le passé. Les hypersensibles ont donc une grande intuition: ils savent sans savoir pourquoi ils savent (syndrome de Cassandre).

Le doute est omniprésent, chaque solution est pesée, soupesée en passant par le prisme de toutes les données stockées. La prise de décision est souvent laborieuse.

Tout les atteignent, tout le temps.

 

Ressentir le monde avec une telle acuité n'est pas de tout repos.

il convient à chacun d'apprendre à se connaître, connaître et comprendre ses besoins et y apporter ses solutions.

Être accompagné pour vivre pleinement sa sensibilité dans un monde excité.